Deux affaires criminelles au tournant du XVIIIe siècle : un maître à danser assassin et un danseur assassiné…

La Porte Saint-Bernard et le château de la Tournelle,
gravure d’Adam Pérelle (vers 1680)

Le 20 novembre 1715, le notaire Antoine Thomas reçoit en son étude Françoise Henery, veuve de Guy de la Rochepot, chevalier seigneur de Chauvel et autres lieux, lieutenant-colonel de cavalerie, dont le fils Guy Henry de la Rochepot a été « homicidé et assassiné à Paris, le 11 juin dernier sur le quai de la Tournelle, porte Saint-Bernard ». L’acte se poursuite ainsi :

« accusatrice, après avoir vu les lettres de grâce obtenues par Jean-Baptiste Paul Augustin Gueulard, peintre, et Pierre François Laisné, bourgeois de Paris, portant leur décharge dudit crime, pour ne l’avoir commis, a déclaré … qu’elle se désiste de toutes poursuites et procédures contre lesdits Gueulard et Laisné et n’entend empêcher l’entérinement de leur lettre, étant parfaitement informée que sondit fils a été tué par le nommé Dupré, son assassin, contre lequel elle se réserve toutes poursuites et procédures ».

Qui est donc ce mystérieux Dupré ?

Le 10 décembre 1715, revoilà Françoise Henery. Elle nous dévoile cette fois-ci l’identité complète de l’assassin présumé : Jean Dupré, maître à danser à Paris, époux de Jeanne Rémy qui signe à la fin de l’acte. En croisant les informations, on découvre qu’il est le père de Jean-Denis Dupré, futur maître de danse et ordinaire de l’Académie royale de musique (cf. contrat de mariage du 15 avril 1732 – réf. infra). Contrairement à ce qu’on peut lire sur Wikipédia, Jean Dupré n’est pas le père du renommé Louis Dupré, également danseur de l’Académie royale de musique. À son décès, il n’a que deux héritiers, Jean-Denis et Marie-Jeanne, ses enfants (cf. renonciation MC/ET/II/519 – 5 avril 1749). Louis Dupré est par ailleurs l’oncle maternel de l’épouse de Jean-Denis Dupré, Marguerite Françoise DEBOSSET (cf. contrat de mariage MC/ET/XXXIII/468 – 15 avril 1732).

L’acte de « décharge d’intérêts civils » déclare que la veuve Henery « a par les présentes quitté et déchargé Jean Dupré, maître à danser à Paris, de tous les intérêts civils, réparations, dommages et intérêts qu’elle aurait pu avoir prétendre et demander contre ledit Dupré ». De plus, « elle consent à son égard qu’elles [les poursuites] demeurent nulles et sans effet, et que ledit Dupré obtienne lettres de pardon et de grâce de sa Majesté », en échange du versement de 300 livres en guise de dommages et intérêts.

Jacques Callot – “Le duel à l’épée”, première planche de la série Les caprices, gravure, 1617 (Gallica).

Quel est le degré de responsabilité de Jean Dupré dans cette affaire ? Était-ce un accident ? Un duel pour l’honneur ? Nous n’en saurons pas davantage sur les circonstances du meurtre (il faudrait poursuivre nos investigations dans les sources judiciaires). Bien que Jean Dupré ait, selon les apparences, fuit la capitale (il se trouve de façon étrangement opportune, hors de Paris, dans le duché de Valois), il ne semble toutefois pas y avoir eu de procès : ce sont à peine écoulés quinze jours entre la première décharge de la veuve Henery (le 20 novembre) et le passage de Jean Dupré chez un notaire du baillage et duché de Valois (actuel département de l’Oise) pour donner procuration à son épouse afin de “négocier” un arrangement pécuniaire (le 5 décembre) :

« il donne pouvoir et puissance de pour lui et en leurs noms transiger avec dame Françoise Henery … pour raison des dommages et intérêts qu’elle aurait pu prétendre contre ledit constituant pour raison du meurtre commis en la personne dudit sieur de la Rochepot fils, le 11 juin dernier, par les personnes en la compagnie desquelles ledit constituant était et ce au prix, charges, clauses, conditions que ladite procuratrice avisera ».

La formulation employée semble suggérer que Jean Dupré était au mauvais endroit au mauvais moment, et rejeter la responsabilité du meurtre sur d’autres personnes… Dupré accepte pourtant de prendre à sa charge le payement des réparations, à hauteur de 300 livres, somme assez conséquente pour laquelle lui et son épouse ont rassemblés pas moins de quatre de leurs connaissances en guise de caution.

Ce triste incident n’eut, semble-t-il, aucune répercussion sur sa carrière. Le 9 juillet 1739, Alexandre Pietre, bourgeois de Paris et beau-frère de la fille de Dupré, lui confiera par exemple son fils, Marc Antoine Pietre, âgé d’environ 15 ans, pour une année. Jean Dupré aura pour mission de “lui montrer et enseigner son art et les hautes et basses danses en dépendant, ensemble lui montrer et enseigner à jouer du violon”, pour une rétribution de 200 livres.

Signature de Jean Dupré sur la procuration qu’il donne à son épouse.

Son fils deviendra, quant à lui, nous l’avons dit, tout d’abord « maître de danse et ordinaire de l’Académie royale de musique à l’Académie royale de musique » (c’est ainsi qu’il est désigné lors de son contrat de mariage en 1732, détails ci-dessous), puis « maître à danser de l’Académie royale de musique » en 1749 (cf. acte de renonciation, détails ci-dessous), « l’un des douze anciens professeurs de l’Académie royale de danse » en 1750 (cf. acte de vente, détails ci-dessous) et enfin « pensionnaire du roi et de l’Académie royale de musique et de danse » (attesté en 1754 par Les Spectacles de Paris […] pour l’année 1754, Paris, Duchesne, l’une des rares listes faisant état de la composition de la troupe fixe de l’Académie royale de danse). Il l’est toujours en 1770 (cf. acte de vente, détails ci-dessous) et portera encore ce titre lors de son inventaire après décès en mai 1782 (détails ci-dessous).

Incipit de l’inventaire après décès de Jean-Denis Dupré, 11 mai 1782.

***

Autre affaire… Le 8 août 1699, l’un des frères de Michel Blondy, célèbre danseur de l’Académie royale de danse, est assassiné par un mousquetaire du roi, Thomas Claude du Rollet, écuyer sieur de la Tour et de Pougny. Il s’agit non pas de Pierre Blondy, comme on le pensait jusqu’à présent (cf. l’article de Nathalie Lecomte, réf. infra), mais de Philippe Michel Blondy un autre enfant d’Antoine Blondy que nous retrouvons chez son notaire, Antoine BONHOMME (étude 106).

Le 10 mars 1700, Antoine Blondy, maître de danse, demeurant rue de Seine, paroisse Saint-Sulpice, cède et transporte :

« sans aucune garantie, restitution de deniers, un recours quelconque, en quelque sorte et manière que ce soit et puisse être et quelque événement qu’il puisse arriver du procès ci-après déclaré à Pierre Foubert, maître vinaigrier distillateur, […] à ce prix et acceptant à ses risques périls et fortunes tout intérêt civil réparation, dommages et intérêts que ledit sieur Blondy peut avoir, prétendre et demander et qui pourront être adjugés à l’encontre de Thomas Claude du Rollet, écuyer sieur de la Tour et de Pougny, mousquetaire du roi dans sa première compagnie à cause du meurtre commis en la personne de feu Philippe Michel Blondy le 8 août de l’année dernière 1699 […] ledit Joubert pourra intervenir en instance criminelle poursuivre au châtelet de Paris pour raison dudit meurtre à ses frais et dépenses risques et périls et fortunes ainsi qu’il le jugera à propos ».

Pour mener à bien ce procès, Antoine Blondy a le soutient des deux co-directeurs de l’Académie royale de musique, Jean-Nicolas de Francine, beau-fils de Lully, et Hyacinthe de Gauréault Dumont. L’acte mentionne en effet « les frais et avances de deniers faits par messieurs de Francine et du Mont à la poursuite du procès criminel qui se fait pour raison dudit meurtre au châtelet de Paris ».

Hyacinthe de Gauréault Dumont, co-directeur de l’Académie royale de musique entre 1698 et 1704.

Nous avons cherché à vérifier dans les archives du Châtelet, mais malheureusement la période du procès Blondy-Du Rollet est manquante. On apprend néanmoins via un registre de la Maison du Roi (O/1/44) qu’entre temps, le sieur Du Rollet a obtenu des Lettres de rémission de la main du roi, le blanchissant du crime du fils Blondy. Le 26 juin 1700, Du Rollet fait de nouveau l’objet d’une double accusation et réclame alors de nouvelles lettres pour l’innocenter : il aurait tué en cette même occasion deux autres danseurs, Guyot et Morel.

À partir de ce même registre de la Maison du roi, Marcelle Benoît mentionne un « ordre [daté du 7 mai 1704] pour faire sortir de Paris » un certain Antoine du Rollet, mousquetaire, « et s’en éloigner de 30 lieues », le considérant alors comme l’assassin du fils Blondy. Si les mousquetaires paraissent assez prompts à troubler l’ordre public, surtout lorsqu’ils se nomment Du Rollet, les prénoms dissemblables indiquent plus volontiers qu’il s’agit ici de deux individus distincts (peut-être sont-ils frères !?).


Extrait du transport par Antoine Blondy le 10 mars 1700

***

Sources : Minutier Central, Archives nationales.

Affaire n°1 : MC/ET/VI/639, décharges du 20 novembre 1715 & du 10 décembre 1715 ; MC/ET/XXXIII/468, contrat de mariage de Jean-Denis Dupré, 15 avril 1732 ; MC/ET/II/519 renonciation par Jean-Denis Dupré, 5 avril 1749 ; MC/ET/II/526 vente par Jean-Denis Dupré, le 19 août 1750 ; MC/ET/XLVI/434 vente par Jean-Denis Dupré, 22 octobre 1770 ; MC/ET/LIII/569 inventaire après décès de Jean-Denis Dupré, 11 mai 1782.

Affaire n°2 : MC/ET/CVI/124, transport, Antoine Blondy, le 10 mars 1700 ; O/1/44, folio 170 v°.

Sur les Blondy : Nathalie Lecomte, « Un Danseur d’exception sur les tréteaux de Louis-le-Grand : Michel Blondy (1676?-1739) », in La Chair et le verbe. Les Jésuites de France au XVIIIe siècle et l’image, Sous la dir. d’Édith Flamarion, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2008 ; Marcelle Benoît, Documents du Minutier central. Musiciens français du XVIIIe siècle, 1969.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.