Chroniques du bal Mabille

Le bal Mabille s’implante dans le VIIIe arrondissement de Paris, au cœur du quartier des Champs-Élysées, à l’emplacement du terrain d’un ancien marchand de vin-restaurateur prénommé Pierre-Guillaume situé au numéro 87 de l’Allée des Veuves (renommée avenue Montaigne en 1850), à quelques mètres du Rondpoint des Champs Élysées.  À ses origines, il s’agit d’une guinguette surnommée « La buvette champêtre » vendue le 3 mai 1831 à la veuve Lavigne qui le loue la même année à un certain Mabille qui exerce la fonction de professeur de danse.

Permis de bal, Jacques Mabille, 1834
Archives de la préfecture de police de Paris

Ce permis de donner à danser délivré par la Préfecture de police de Paris en 1834 concerne Jacques Mabille, maître de danse et fondateur du Jardin Mabille.

Annuaire général du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration
1er janvier 1840
Extrait sommier foncier, quartier des Champs-Elysées. Archives de Paris, 1843

Ses activités d’enseignant sont signalées dans l’Annuaire général du commerce en 1840. L’hiver il donne des cours de danse dans le salon de l’Hôtel d’Aligre, à quelques rues du bal Mabille.

Gustave Doré, Le jardin Mabille, 1868

En 1843, le Jardin débute d’importantes transformations, par des travaux de rénovation avec une mise en scène végétale : porte d’entrée monumentale, éclairage au gaz, kiosque à musique de style pavillon chinois, salle de danse fermée en cas d’intempéries, café comptoir mauresque et stands de jeux forains.

Porte d’entrée
Gaspard Godaut, Le bal Mabille, vers 1850
Bibliothèque historique de la ville de Paris

Kiosque à musique
Morin, Intérieur du jardin Mabille, s.d
Bibliothèque historique de la ville de Paris

Palmiers factices
Vues stéréoscopiques, vers 1855 Collection Musée Carnavalet

Fontaine monumentale
Extrait du journal l’Illustration, 4 juin 1846

La transformation de cette guinguette populaire en l’un des établissements de bal les plus prestigieux de la capitale est marquée par l’arrivée d’Auguste, Charles et Victor Mabille qui succèdent à la direction de leur père en 1843. Les fils Mabille ont également été formés à la danse académique et ont été élèves à l’école de danse de l’Opéra de Paris vers 1815. L’un d’eux, Auguste Mabille a poursuivi une carrière d’interprète puis de chorégraphe à l’Opéra. Il a notamment dansé aux côtés de Marie Taglioni et Joseph Mazilier dans plusieurs ballets, comme La Fille du Danude en 1836 et La Péri chorégraphié par Coralli en 1843. Il est aussi chorégraphe pour des ballets pantomimes et des divertissements, à l’instar d’intermèdes dans l’opéra La Favorite de Gaetano Donizetti en 1840 ou l’opéra d’Eugène Scribe Jeanne la folle en 1848.

L’habilité des entrepreneurs du bal Mabille tient à l’opération publicitaire mise en œuvre par ses directeurs pour promouvoir leur entreprise. Entre 1840 et 1860, on observe une production documentaire et publicitaire très importante : des affiches et des encarts publicitaires insérés dans la presse, un ensemble de brochures, feuilletons littéraires, physiologie et mémoires ainsi qu’une abondante iconographie dessinée par des publicistes et des artistes de renom.

Au-delà des effets promotionnels évidents de cette production littéraire sur le fonctionnement économique de l’établissement, la médiatisation du bal Mabille joue aussi un rôle majeur dans le lancement des danses nouvelles ou le renouvellement du répertoire existant.

Mayer, Céleste Mogador, 1854

A travers ses célébrités chorégraphiques, son répertoire musico-chorégraphique qui lance les modes de la polka et du cancan; le bal Mabille représente un haut lieu de création et de diffusion des danses sociales et de leurs transmissions au XIXe siècle. Ce phénomène repose en premier lieu sur les entrepreneurs Mabille et le réseau influents de créateurs et transmetteurs qui gravitent autour de la famille Mabille.

Eustache Lorsay, La Reine Pomaré 1844
« La Haute école », La Parodie, 27 nov 1869
Fonds Caradec Bnf


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Camille Paillet (1 février 2024). Chroniques du bal Mabille. EnDansant. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqk8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search