Concours de danse, performances sportives, démonstrations chorégraphiques : le bal comme source d’émulation 

Charles Vernier, La Polka, 1844

En écho au colloque Concourir ! qui s’est tenu en septembre dernier au Centre national de la danse, les archives du bal contiennent des éléments épars sur la programmation d’attractions récréatives et de pratiques performatives qui entourent l’expérience festive d’une sortie au bal au XIXe siècle. Au fil des dossiers de demandes d’autorisation de programmation formulés par les directeurs et directrices de bal à l’adresse du préfet de police de Paris entre 1860 et 1880[1] se dessine un programme hétérogène où la piste de danse revêt une dimension performative et chorégraphique.

Chez Ducarre au bal Valentino, la clientèle présente au courant du mois d’octobre 1874 pourra assister à « l’exhibition chorégraphique des petites prodiges Lola et Rosita » tandis que la soirée dansante du 24 septembre 1876 sera intercalée par un  « quadrille bouffe tel qu’il se danse dans les cafés concerts ». Les fêtes du Casino-cadet organisées par le professeur de danse Markowski proposeront durant l’année 1876 des « séances de lutte-gymnastique, des cours de patinage et des exercices de force ». Quant au directeur de la salle Rivoli, il souhaite programmer des compétitions sportives avec « un assaut d’armes auquel assisteront et prendront part les principaux maitres d’escrime de Paris » le 20 décembre 1874. À la salle Rivoli encore, le bal de nuit programmé le 2 juin 1885 sera précédé d’un « grand concours de valse ».  

La diversité des attractions qui compose la programmation des fêtes dansantes donne à lire une autre dimension de l’histoire des bals au XIXe siècle qui pour certains établissements se rapprochent des entreprises de spectacle. De même qu’elle questionne le rôle de ces performances sur les pratiques mêmes de la danse, notamment sur le plan de ses processus d’apprentissage. Plus que de simples agréments à la fête dont le seul but serait d’attirer une clientèle avide de se divertir, le spectacle démonstratif de prouesses corporelles favorise un jeu d’émulation qui s’intègre pleinement à l’ambiance festive du bal et prédispose les corps à se mettre en mouvement et à entrer dans la danse.

La présence d’une danse qualifiée ou qualifiante (danse théâtrale, performances sportives,  concours de danse) au sein d’un espace majoritairement dédié à une pratique amateur de la danse de loisir invite à engager une réflexion sur l’impact de ces temps performatifs dans l’apprentissage du répertoire musico-chorégraphique des bals au XIXe siècle. Autrement dit, est-ce que la programmation de ces évènements a pu être pensée comme un outil d’expérimentation à l’adresse des praticiens et des praticiennes de la danse de bal ? Dans cette perspective, comment interagissaient les différents participant.es à la danse et de quelle manière s’organisaient les différents degrés de participation et de pratique de la danse ? Initiation, imitation, improvisation : quels modes d’interactions pédagogiques, quelles voies d’apprentissage étaient privilégiés dans ce contexte spécifique ?


[1] Corpus de lettres adressées au Préfet de police de Paris entre 1874 et 1885 et consultable dans la série DA des Archives de la Préfecture de police de Paris.  



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Camille Paillet (22 décembre 2023). Concours de danse, performances sportives, démonstrations chorégraphiques : le bal comme source d’émulation . EnDansant. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf2z


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search